Expositions temporaires

expo arbez carme slide
M.L. Arbez-Carme, tableau, celluloïd sur bois à décor peint et gravé, 1895-1928

Marie-Léon Arbez-Carme, l’or du celluloïd
22 février 1858- 22 février 1928
Une exposition rétrospective inédite du 4 mai au 21 juillet 2018
Cet artiste méconnu, originaire de Saint-Claude qui s’installa à Oyonnax au début du XXème siècle a laissé une œuvre unique composée de tableaux et objets d’art réalisés dans un tout nouveau matériau : le celluloïd. Chimiste, alchimiste presque, il fit preuve d’un véritable talent en révélant toutes les possibilités artistiques du celluloïd, utilisé principalement dans l’industrie de la plasturgie. De cuivre, d’or et d’étain, il mêla pigments et oxydes créant des patines étonnantes associées à des techniques de gravage pour magnifier et proposer aux générations futures une source potentielle d’inspiration. 90 ans après sa mort, il était temps de consacrer une exposition rétrospective à cet artiste oublié, si ce n’est à travers le nom donné au lycée Arbez-Carme. Lors de cette exposition, de nombreuses œuvres issues des collections du musée et de collections particulières seront présentées, certaines pour la première fois, au public, révélant ainsi le talent de Marie Léon Arbez-Carme dans l’art du celluloïd.

--- Historique des expositions ------------------------------------------------------

« Transparence », oeuvres plastiques de Marc Ingoglia
Du samedi 1er avril au au samedi 13 mai dans le patio du musée

Marc Ingoglia travaille de la matière plastique en utilisant son imperméabilité pour se focaliser sur le thème de la "trace" que laissent les pigments naturels, et sa transparence pour amplifier l'improbabilité de ses images. L'alchimie de la peinture et de la matière plastique génère une lumineuse profondeur et confère à l'image une apparente étrangeté qui sert le propos esthétique de l'artiste. Il modèle aussi le "plexiglass", créant des sculptures en forme de personnages ou d'animaux, tels que des poissons.
Une oeuvre plastique qui trouve toute sa place au musée, transformant son patio en un aquarium géant où évolueront poissons et images d'eau...

« Secrets de réserve : les collections insolites du musée »
Du 16 novembre 2016 au 28 janvier 2017

Au coeur des musées, au fond de leur réserve, se côtoient des objets de collections plus ou moins singuliers. Rarement constituées dès l'origine pour être ensemble, ces oeuvres sont, dans l'idéal, issues d'une acuquisition raisonnée, mais le plus souvent le fait d'une opportunité de la vie, d'une intuition, d'un coup de coeur... Le musée du Peigne et de la Plasturgie possède environ 16 000 objets de collection, dont seulement 300 sont exposés, par roulement chaque année, dans les salles du parcours semi permanent. La fin du récolement décennal, la réorganisation des réserves... sont l'occasion de proposer un temps de valorisation, de questionnement, de recherche par le biais d'une exposition temporaire.
Objets singuliers, objets familiers, objets d'exception, objets emblématiques ou encore ensemble d'objets pluriels constitutifs d'un fonds d'atelier... autant de pièces rarement exposées qui permettront d'évoquer les grands principes des métiers de la conservation souvent méconnus. Et dans une sécnographie adaptée, redonner sens à une coexistence parfois hétéroclite.

« À fleur de peau : histoires textiles »
Du 2 octobre 2015 au 9 janvier 2016

Si les plastiques nous entourent dans notre quotidien depuis près d’un siècle, les textiles nous enveloppent depuis presque toujours. La rencontre des deux était inévitable.
Conçus à des fins de protection, d’esthétisme, de pouvoir mais aussi de confort, de santé, d’hygiène... ils ont aussi évolué avec la technologie pour répondre aux exigences de la société et de l’industrie.
Cette exposition posera la question du lien et des quêtes qui entourent la recherche de ces nouveaux textiles : de la révolution des fibres chimiques aux derniers textiles intelligents.

« Gustave Miklos, la quête du beau et de l'harmonie »
Du 4 octobre 2014 au 4 janvier 2015

Gustave Miklos, artiste de renom, est né à Budapest en 1888 et mort à Oyonnax en 1967, après y avoir résidé pendant 27 ans. Peintre, sculpteur, créateur de formes dans le domaine des arts décoratifs, illustrateur de livres d’art, professeur d’enseignement artistique ... Il fait partie de ceux qui ont initié les grands mouvements novateurs après la première guerre mondiale, tel celui de l’Art Déco. S’il a côtoyé les plus grands noms de l’avant garde artistique parisienne en ce début du XXe siècle : Csaky, Fernand Léger, G. Braque, Brancusi, Picasso ... Il a su se forger un style à part, en pleine recherche esthétique visant à une quête d’harmonie et de beauté quasi universelle. Ainsi, figuration, abstraction et ornementation s’associent avec talent dans l’espace, par la maîtrise des formes et des couleurs, conférant à son art force et beauté dans un monde en plein renouveau. Le caractère réservé, désintéressé et bienveillant de Gustave Miklos et la nécessité de subvenir à ses besoins, l’ont souvent fait œuvrer dans l’ombre pour d’autres. Il finit sa vie dans une forme d’anonymat, peu reconnu, honoré comme il aurait dû de son vivant. Il semblait légitime et utile de s’intéresser aujourd’hui au parcours étonnant de cet artiste profondément humain, dont le nom résonne différemment à Oyonnax et dans le monde.

« L'espace du designer ou la naissance de l'objet » 
Du 26 juin au 12 octobre 2013

Lorsque paraît l'objet produit en série dans le courant du XIXème siècle, c'est une vraie révolution -industrielle - qui s'installe. La fabrication de l'objet par des machines entraîne un bouleversement dans la conception même de celui-ci. Il faut dès lors prédéterminer sa forme par le biais de dessins, maquettes et prototypes.L'exposition s'attache à la mise en valeur du processus de création d'un objet depuis sa conception jusqu'à la réalisation d'un prototype. Cette démarche primordiale, souvent peu évoquée, est définie et dénommée dans les années 1960 en France comme le propre du métier de designer, au sens de concepteur. L'exposition aborde cette pratique en prenant l'exemple du secteur de la plasturgie à travers trois grandes périodes, témoins de bouleversements majeurs dans la technique, la qualification des hommes, l'organisation socio économique des entreprises et les modes de vie.
À l'heure où le design et les designers deviennent un véritable enjeu médiatique et commercial, cette exposition retrace les grandes lignes d'un métier en constante évolution.

« Plastique en scène : mêlé, emmêlé, recyclé... »
Du 4 octobre 2012 au 12 janvier 2013

La matière plastique, présente dans beaucoup d'objets ou d'emballages de notre vie quotidienne, est devenue un élément emblématique du XXe siècle.Elle est aussi, à l'heure du développement durable, un sujet incontournable que bon nombre de créateurs, designers et autres concepteurs ont su mettre au cœur de leur création. Une exposition qui met à l'honneur la question du recyclage des plastiques par le détournement et la réhabilitation, dans une perspective artistique.

« C'Plastic II, une épopée industrielle »
Du 2 mars au 18 décembre 2010

Cette exposition, deuxième volet d'un vaste champ ouvert sur l'univers des plastiques, met en exergue, après une rétrospective sur l'évolution des matériaux en 2009, l'évolution des outillages et procédés de fabrication des plastiques, particulièrement bien représentés dans le bassin d'Oyonnax.

Web Analytics